« Cinémagraphe ». Tout de suite avec un mot comme ça, on a l’impression de revenir 50 ans en arrière. Et pourtant que nenni (expression 50 ans d’âge de circonstance), le cinémagraphe est apparu en 2011.

Alors que cache ce mot vieillot ?
Il s’agit en fait d’une photographie animée d’un léger mouvement répétitif (cimer Wikipédia).

En pratique ça ressemble à ça :

Cinémagraphe She's Glamourous de Jamie Beck et Kevin Burg

She’s Glamourous – Jamie Beck & Kevin Burg

On discerne en général un élément précis en mouvement perpétuel tandis que le reste de l’environnement reste totalement immobile. Je pense que c’est ce contraste mouvement/immobilité au sein d’une même image qui fait la force du cinémagraphe. Il en résulte un mouvement infini hypnotisant voir apaisant.

Du coup, de par sa nature, un cinémagraphe est souvent présenté sous la forme d’un gif animé qui tourne en boucle. Et je dois dire que ça redonne de l’intérêt au gif, parce que sérieusement, dans mon esprit, un gif reste une façon merdique d’afficher une mini-vidéo. Paie ton chargement sur les tumblrs avant de voir l’image bouger…

un gif montrant un chat surpris

En plus, ces gifs tirent rarement avantage de la fonctionnalité de boucle infinie permise par le format.
Le cinémagraphe rend justement au gif tout son intérêt puisqu’il utilise cette spécificité pour donner un effet de mouvement perpétuel.

Pour la petite histoire, le cinémagraphe est issu de la collaboration entre un photographe : Jamie Beck et un spécialiste de l’animation : Kevin Burg qui souhaitaient animer leurs photos de mode dans le cadre d’une Fashion Week. On peut voir un extrait de leur taf ici : http://cinemagraphs.com/

En pratique, pour réaliser un cinémagraphe, il faut soit prendre une succession de photos, soit une vidéo (plus simple à mon avis) et réussir à exploiter un mouvement qui se répétera éternellement via des logiciels de traitement d’image.

J’ai testé en suivant un petit tuto simple (si on est familier avec Photoshop et After Effects) et voilà le résultat :

Un cinémagraphe avec un souffle de fumée

En un quart d’heure vous pouvez réaliser un cinémagraphe qui a de la gueule (un minimum).

Mais peut-être que l’exemple ultime, c’est le clip des Casseurs Flowters : Des Histoires à raconter, construit comme une succession de cinémagraphes. En plus le morceau est bon, pas de raison de s’en priver.

D’autres sites où vous pourrez observer de beaux cinémagraphes :

Et si vous vous sentez l’âme d’un créateur, n’hésitez pas à proposer vos propres créations en commentaire.

La bise.